skip to Main Content
annalesmedecine@yahoo.fr

Vaccin contre le cancer du col de l’utérus

.:: Auteurs : Omanga Leke Marie Louise

Centre Hospitalier Universitaire d’Amiens, France

Résumé

L’apparition d’un cancer suite à une infection virale n’est pas une nouveauté. Ainsi le cancer de l’estomac est lié en grande partie à un microorganisme appelé Helicobacter pylori que l’on a depuis quelques années pris l’habitude de 11999922 Ann. AfAr.n Mn.e Adf.r,. VMoel.d 8.,, VNo°l .28,, MN°a2r,s .M 2a0r1s5 2 015 rechercher et de détruire. De la même façon beaucoup de cancers du foie sont liés à des virus, principalement celui de l’hépatite B, c’est la raison pour laquelle un vaccin a été mis au point en vue d’éradiquer ce virus. Pour le cancer du col de l’utérus, une famille de virus a été mise en évidence, la famille des papillomavirus.

On avait l’habitude de rechercher des anomalies (dysplasies) liées à sa présence lors de la lecture des frottis vaginaux et de surveiller voire de traiter de façon parfois chirurgicale ou sévère (conisation). Le principal risque de la dysplasie étant l’évolution vers le cancer du col, l’idée de vacciner contre cette famille de virus a fait son chemin. Le vaccin existe, les résultats semblent prometteurs. Il importe aujourd’hui d’optimiser son utilisation dans la lutte contre l’une des infections sexuellement transmissible parmi les plus fréquentes dans le monde en recommandant son usage chez les filles de 11 à 13 ans.

L’efficacité de ce vaccin est bien prouvée. Parmi les génotypes à haut risque, les 16 et 18 seraient impliqués dans 72% de l’ensemble des cancers dus aux HPV. Cependant les génotypes 6 et 11 surtout rencontrés dans les lésions de type condylome sont de plus en plus fréquemment impliqués. Différents essais cliniques réalisés en France sur une large population ont montré une efficacité du vaccin HPV quadrivalent (Gardasil) de 100% vis a vis des condylomes(CN1) et des lésions de bas grade (CN2) mais aussi des cancers in situ. Avec le vaccin Cervarix, l’efficacité est également de 100% sur les lésions CIN 1 et CIN 2 et de 94,5% pour les lésions persistantes.

L’immunogénicité du vaccin HPV est supérieure lorsque la vaccination est effectuée avant l’âge de 15 ans. En Afrique subsaharienne, les cas de cancer du col de l’utérus sont de plus en plus nombreux, et chez 80% des femmes atteintes, la maladie est diagnostiquée trop tard pour enrayer sa progression mortelle, un constat qui a amené l’Organisation mondiale de la santé à recommander le lancement de programmes de dépistage et de vaccination dans l’ensemble de la région.

CC BY-NC 4.0 Cette œuvre est sous Licence Creative Commons Internationale Attribution-Pas d'Utilisation Commerciale 4.0.

Back To Top