skip to Main Content
annalesmedecine@yahoo.fr

Household Food Insecurity and Associated Coping Strategies in Kinshasa, the Democratic Republic of Congo

 

.:: Auteurs : Kaba KD*, Okitolonda WE*, Pham PN**


* School of Public Health, University of Kinshasa, Democratic Republic of Congo

** School of Public Health, University of California, Berkeley, CA, USA

Résumé

Contexte : La situation alimentaire de la ville de Kinshasa fut l’une des plus dramatiques à la fin des années 90. Afin de lutter contre cette crise alimentaire, plusieurs stratégies
furent appliquées et la population tenta de développer des mécanismes de survie. Cependant, la situation alimentaire des ménages ne s’améliorait pas. Cette étude avait pour
but d’accroitre la compréhension générale de l’insécurité alimentaire au niveau des ménages. Objectif : Identifier les mécanismes de survie utilisés par les ménages pour
lutter contre l’insécurité alimentaire. Méthodes : Un total de 1591 ménages provenant de 2 zones de santé sélectionnées dans la ville de Kinshasa ont été interviewés
en 2001 et 2004 en utilisant un échantillonnage probabiliste à plusieurs degrés. Une mesure à 16 questions a été développée sur base d’une échelle sommative pour
évaluer l’état de sécurité alimentaire des ménages. Un ménage avec un score compris entre 0 et 7 était considéré en sécurité alimentaire tandisque celui avec un score entre
8 et 16 en insécurité alimentaire. La regression logistique binaire a été utilisée pour identifier les mécanismes de survie au niveau des ménages. Résultats : Trois
mécanismes de survie furent utilisés par les ménages pour lutter contre la crise alimentaire. Cependant, la proportion était plus élevée parmi les ménages en insécurité
alimentaire comparée à ceux en sécurité alimentaire. Les ménages en insécurité alimentaire avaient deux fois plus de risque de changer la composition des repas (ORadj 1,96;
IC 95% 1,52 – 2,54), de réduire le nombre de persons à charge dans le ménage (ORadj 1,64; IC 95% 1,15 – 2,33) et de recevoir l’aide alimentaire des centres nutritionnels
(ORadj 1,74; IC 95% 1,11 – 2,76) que les ménages en sécurité alimentaire. Conclusion : Cette étude a établit la relation statistique entre les ménages en sécurité
alimentaire ainsi que ceux en insécuirté alimentaire et le choix de leurs mécanismes de survie. Les interventions ou les programmes d’assistance aux ménages vulnérables
doivent être basés sur une évaluation des ménages en insécurité alimentaire.
Mots-clés: Insécurité alimentaire, Ménages, Mécanismes de survie, Kinshasa/RDC

CC BY-NC 4.0 Cette œuvre est sous Licence Creative Commons Internationale Attribution-Pas d'Utilisation Commerciale 4.0.

Back To Top