skip to Main Content
annalesmedecine@yahoo.fr

Estimation de la prévalence des géo-helminthes à Kinshasa (Méta-analyse de 185 études)

.:: Auteurs : Mulumba MP*, Ntumpa MM**, Muhindo MH*, Linsuke LW*, Kasereka K**, Mfunyi MC**, Nkembolo M**, Ndonga M**


* Université de Kinshasa, Faculté de Médecine, Service de Parasitologie

** Institut Supérieur des Techniques Médicales de Kinshasa

Résumé

PROBLEMATIQUE. Les géo-helminthes (GH) touchent près du quart de la population mondiale. Leur charge globale de morbidité est estimée (pour Ankylostoma stercoralis, Ascaris lumbricoides et Trichuris trichiura) à 39 millions de DALYS (disability-adjusted life-years), comparée à celle de la malaria qui est à 35,7 millions de DALYS. Mais, la situation de GH en République Démocratique du Congo demeure inconnue.

OBJECTIF. Estimer le taux de prévalence des GH suivant différentes strates géographiques et différentes strates d’âge, et de leur évolution.

METHODOLOGIE. Nous avons conduit une méta-analyse sur 185 études (n=14.933) réalisées à Kinshasa de 1997 à 2007 concernant la prévalence des GH.
RESULTATS. A. lumbricoides est venu en tête avec une prévalence de 27%, suivi de T. trichiura (10,3%), de S. stercoralis (2,9%) et d’Ankylostoma sp (2,8%). Tous ces nématodes ont subi une régression au cours de la période étudiée, à l’exception d’A. lumbricoides qui a connu un accroissement qui était 3,2 fois plus rapide chez l’enfant que chez l’adulte. La régression a été plus rapide chez l’enfant pour T. trichiura et Ankylostoma sp ; alors que la différence dans les strates d’âge n’était pas significative pour S. stercoralis. L’Ouest de la ville était la partie la plus touchée par A. lumbricoides (32,6%), Ankylostoma sp (5,6%) et S. stercoralis (4,2%) ; tandis T. trichiura était plus observé au Nord (14,3%).

CONCLUSION. Environ 1/3 des sujets était touché par A. lumbricoides, 1/10 par T. trichiura, 1/30 par S. stercoralis et Ankylostoma sp. Les fortes densités humaines observées au centre et à l’ouest de la ville étaient favorables à la transmission des GH du fait
probablement de la promiscuité et de la réduction des conditions d’hygiène individuelle et collective.
Mots clés : Géo-helminthes ; taux de prévalence ; métaanalyse ; Kinshasa.

CC BY-NC 4.0 Cette œuvre est sous Licence Creative Commons Internationale Attribution-Pas d'Utilisation Commerciale 4.0.

Back To Top