skip to Main Content
annalesmedecine@yahoo.fr

Revue sur la pathogénie de l’infection à Helicobacter pylori / Review of the pathogeny of Helicobacter pylori infection

Muzeke PA1, Situakibanza HNT1, Lepira FB1, Lunguya OM3, Kabongo JM2, Mbendi SN1, Ahuka SM3, Muyembe JJT3.


1 Département de Médecine Interne, Cliniques Universitaires de Kinshasa
2 Service d’Anatomie pathologique, Cliniques Universitaires de Kinshasa
3 Service de Microbiologie, Cliniques Universitaires de Kinshasa

SummaryRésumé

Context. Congelese papers on H. pylori focus mainly on clinical and epidemiological features. The current study deals with therapeutical aspects of the disease. Objective. To evaluate the efficacy and tolerance of different anti-H. pylori therapies in Congolese patients seen in some clinics at Kinshasa.
Methods. Three hundred and thirty patients with H. pylori were treated on an outpatient basis with 4 triple therapy regimens, each comprising two antibiotics (amoxicillin, clarithromycin or tinidazole) coupled to either a cytoprotector such as colloidal bismuth citrate (22 patients) or sucralfate Or an anti-secretory agent such as omeprazole (121 patients) and an inhibitor of histamine H2 receptors such as ranitidine (30 patients).

The histology and respiratory test with 13C-labeled urea served as diagnostic and post-therapeutic follow-up.
Results. Only 23.9% of the 330 patients treated had a second endoscopy, 4 weeks after treatment. Compliance with the 4 therapeutic regimens was very good (> 90%) and no adverse effects were noted. H. pylori eradication rates were 88.2% for PPI triple therapy, respectively; 70.4% for triple therapy with sucralfate; 40% for standard triple therapy and 25% for ranitidine-amoxicillin-clarithromycin.
Conclusions. The overall rate of eradication of the four therapeutic regimens was 67%. This is probably biased in view of the large number of people lost to follow-up (251/330). Indeed, many patients did not return to the hospital as soon as they feel better.
Keywords: H. pylori infection, Kinshasa, anti-H. Pylori, eradication rate

Contexte. Les quelques rares études congolaises sur H. pylori sont cliniques et épidémiologiques. Celle-ci porte sur le traitement des infections à H. pylori à Kinshasa.

Objectif. Evaluer l’efficacité et la tolérance de différentes trithérapies anti H. pylori chez les patients Congolais vus en consultation ambulatoire à Kinshasa.

Méthodes. Trois cent trente patients avec H. pylori ont été soumis en ambulatoire à 4 régimes de trithérapie comprenant chacun deux antibiotiques (amoxicilline, clarithromycine ou tinidazole) couplés soit à un cytoprotecteur comme le citrate de bismuth colloïdal (22 patients) soit le sucralfate (141 patients) soit à un anti-sécrétoire comme l’oméprazole (121 patients) et soit à un inhibiteur des récepteurs H2 de l’histamine comme la ranitidine (30 patients).

L’histologie et le test respiratoire à l’urée marquée au 13C ont servi de moyens diagnostique et de suivi post-thérapeutique.

Résultats. Seuls 23,9% des 330 patients traités avaient réalisé une seconde endoscopie, 4 semaines après le traitement. La compliance aux 4 régimes thérapeutiques était très bonne (>90%) et aucun effet indésirable nocif n’a été noté. Les taux d’éradication de H. pylori ont été respectivement de 88,2% pour la trithérapie aux IPP ; 70,4% pour la trithérapie au sucralfate ; 40% pour la trithérapie standard et 25% pour l’association ranitidine-amoxicilline-clarithromycine.

Conclusions. Le taux global d’éradication des quatre régimes thérapeutiques était de 67%. Celui-ci est probablement biaisé compte tenu du nombre important des perdus de vue (251/330). En effet, bien des patients ne rentrent pas à l’hôpital dès qu’ils se sentent mieux.

Mots-clés : Infection à H. pylori, Kinshasa, trithérapies anti-H. pylori, taux d’éradication

Historique de l’article
Reçu le 25 Mai 2016
Accepté le 30 Juin 2016

CC BY-NC 4.0 Cette œuvre est sous Licence Creative Commons Internationale Attribution-Pas d'Utilisation Commerciale 4.0.

Back To Top