skip to Main Content
annalesmedecine@yahoo.fr

Fréquence du diabète sucré dans les cabinets dentaires de la Ville de Kinshasa / Frequency of diabetes in dental offices in the City of Kinshasa

Bolenge JI1, Lutula NP2, Bieleli IE3, Mukundji BC1, Lepira FB4, Sumaili EK4, Brecx MC5


1 Unité de Parodontologie, Cliniques Universitaires, Faculté de Médecine, Université de Kinshasa
2 Service de Prothèse dentaire, Cliniques Universitaires, Université de Kinshasa
3 Service d’Endocrinologie, Cliniques Universitaires, Faculté de Médecine, Université de Kinshasa
4 Service de Néphrologie, Cliniques Universitaires, Faculté de Médecine, Université de Kinshasa
5 Service de Parodontologie, Ecole de Médecine Dentaire et de Stomatologie, Cliniques Saint-Luc, Université Catholique de Louvain, Bruxelles

SummaryRésumé

Context & objective. Diabetes is a major worldwide public health concern. Its prevalence is expanding, particularly in low income countries, where the majority of diabetic patients are detected at late stages. The objective is to determine the prevalence of diabetes among patients having dental affections. Methods. In a cross sectional study, consecutive patients (aged ≥ 12 years) were screened for diabetes from 2nd January to 30th August, 2015, in three dental services of the city of Kinshasa. Diabetes was defined as previous history of diabetes or a random (≥ 200 mg/dL) as well fasting (≥126 mg/dL) glycaemia. The square Khi test was used to compare the proportions. Results. Among 642 patients included, the prevalence of diabetes was 8.9%. 30 (4.7%) out of them had a previous history of diabetes while 27 (4.2%) had a recently diagnosed one. There was no signify, nor the age < 40 years versus > 40 years (p=0.73). Conclusion. One of nine patients with dental affections had diabetes. Dental offices can serve as site of early detection of diabetes.

Keywords: Diabetes mellitus, Frequency, Dental office, Kinshasa

Contexte & objectif. Le diabète est un problème mondial majeur de santé publique. Sa prévalence est en expansion, en particulier dans les pays à revenu faible où il demeure longtemps méconnu. L’objectif est de déterminer la fréquence du diabète parmi les patients avec affections dentaires. Méthodes. Etude transversale réalisée dans les services dentaires de trois formations médicales de la ville de Kinshasa, du 2 janvier au 31 août 2015. L’anamnèse avait permis de déceler les diabétiques connus, tandis que ceux ayant une glycémie à jeun ≥ 126 mg/dL ou une glycémie casuelle≥ 200mg/dL étaient considérés diabétique de découverte récente. Le test de khi carré a été utilisé pour comparer les proportions. Résultats. Sur 642 patients consécutifs (d’âge ≥ 12 ans), la fréquence du diabète a été de 8,9% et de ce groupe, 30 patients (4,7%) avaient un antécédent connu de diabète sucré, et chez 27 autres (4,2%) la maladie était de découverte fortuite. Le groupe ne montrait pas de différence significative quant au genre (p=0,50) et pour l’âge < 40 ans versus > 40 ans (p=0,73). Conclusion. Un patient sur neuf avec affection dentaire est diabétique. Le cabinet dentaire peut servir de site de dépistage précoce des cas de diabète méconnu. Mots clé : diabète, fréquence, cabinet dentaire, Kinshasa

Historique de l’article
Reçu le 11 Avril 2016
Accepté le 2 Août 2016

 

CC BY-NC 4.0 Cette œuvre est sous Licence Creative Commons Internationale Attribution-Pas d'Utilisation Commerciale 4.0.

Back To Top