skip to Main Content
annalesmedecine@yahoo.fr

Prise en charge des traumatisés graves dans la ville de Kinshasa. État de lieux et perspectives Management of severely injured patients in the city of Kinshasa. Status and prospects

.:: Auteurs : Nsiala MJ1, Ilunga JP1, Mbombo W2, Mwaluka C3, Mvwala R4, Lufwa G5, Kabwe B1, Kilembe A1.

RésuméSummary

Objectif: Evaluer la prise en charge actuelle des traumatisés graves dans la ville de Kinshasa.
Patients et Méthodes: Il s’agit d’une étude observationnelle dans trois hôpitaux de la ville de Kinshasa : Hôpital Général de Référence de la ville-province de Kinshasa (HGRK), Centre Hospitalier Monkolé (CHM) et Cliniques Universitaires de Kinshasa (CUK). Le recueil des données était prospectif sur les patients adultes (âge > 18 ans) admis pour traumatisme grave dans l’une des unités de réanimation ou de soins intensifs. L’évaluation a porté sur le plateau technique et la qualité de la prise en charge initiale. Le critère d’évaluation principal était la mortalité à un mois (J30).
Résultats: Du 1er janvier au 30 septembre 2013, le recueil a inclus 43 traumatisés graves. L’âge moyen était de 37 [18 – 58] ans, 88,2 % étaient victimes d’un accident de la voie publique, 7 % d’une agression et 4,5% d’une chute. Le délai moyen d’arrivée à l’hôpital était de 6,5 [2,2 – 8,4] heures. Tous les patients ont transité par le service d’urgences. Le taux d’admission directe sans passer par un autre établissement de santé était de 76%. A l’arrivée en réanimation, le score de Glasgow médian était de 7 (IQR 5-9), l’hypoxie était retrouvée chez 2 patients (4,6%) et l’hypotension chez 6 patients (13,9%). Les anomalies pupillaires ont été observées chez 10 patients (23% des cas). Deux patients seulement ont bénéficié d’une intubation avec ventilation mécanique. Le remplissage vasculaire moyen était de 1000 ml ± 500 ml et seulement 7% des patients ont reçu des catécholamines. Au total, 23% des patients de cette série ont été transfusés. Parmi les patients présentant des signes cliniques d’engagement cérébral (mydriase), seul un patient a été traité par le mannitol à 20%. Dans cette série, les interventions chirurgicales réalisées en urgence comprenaient deux cas de craniotomie pour hématome extradural et un cas de drainage thoracique. En ce qui concerne le plateau technique disponible, aucun des trois hôpitaux ne correspond à un Trauma Center niveau 1 des anglo-saxons c’est-à-dire ayant le plateau technique le plus complet 24h/24 et 7j/7. La mortalité globale à 30 jours était de 90,7 %.
Conclusion: Cette étude montre qu’il existe des écarts entre nos pratiques et les recommandations internationales. Des mesures correctives doivent être mises en place si nous voulons arriver à limiter la mortalité encore très lourde de ces patients.
Mots clés : Traumatisé grave, Prise en charge, Ville de Kinshasa

Objective: To evaluate the management of severely injured trauma patients in the city of Kinshasa.
Patients and methods: This is an observational study based on three Kinshasa hospitals: Hôpital Général de Référence de la ville-province de Kinshasa (HGRK), Centre Hospitalier Monkolé (CHM) and Cliniques Universitaires de Kinshasa (CUK). Data collection was prospective for adult patients (age >18 years) admitted after severe trauma in one of the intensive care units. The evaluation was based on the technical expertise and the quality of the initial management. The primary endpoint was the mortality at J30.
Results: Between 1st January and 30th September 2013, the study included 43 serverely injured patients. The average age was 37 (18-58) years, and 88.2 % out of them were victims of road traffic accidents, 7% of an aggression and 4.5% after a fall. The average delay before arrival at the hospital was 6.5 (2.2-8.4) hours. For all of them, the 1st admission was through the emergency services; with direct admission in 76% of cases were direct admissions, without a transit through an intermediate health facility. On arrival in the intensive care unit, the Glasgow coma scale was on average 7 (IQR 5-9), and hypoxia found in 2 patients (4.6%), low blood pressure in 6 patients (23% of patients). Abnormal pupillary reactions were found in 10 patients (23% of patients). Only two patients benefited from tracheal intubation with artificial ventilation. The average vascular filling was 1000ml+/-500ml, and only 7% received catecholamines.Blood supply was effective in 23% of patients. Only one patient out of those presenting with clinical symptoms of tentorial herniation (pupillary dilation) was treated with 20% mannitol. Emergency surgical interventions carried out in this group included two craniotomies for extradural haematomas and one thoracic drainage. According to the level of equipment and staffing, none of the three hospitals could be compared with a typical Level 1 Trauma Center of the anglo-saxon world, i.e having a    completely functional unit 24 hours per day, 7 days per week. The global mortality at 30 days was 90.7%
Conclusion: This study highlights the gap between our practices and international recommendations, emphasizing the need for urgent measures to improve the management of severely injured patients in our environment.
Keywords: Severely injured trauma, Management, Town of Kinshasa.

CC BY-NC 4.0 Cette œuvre est sous Licence Creative Commons Internationale Attribution-Pas d'Utilisation Commerciale 4.0.

Back To Top