Nsiala JM1,2, Nsumbu TN1, Ilunga JPM1, Nkodila A1, Kilembe AM1.

1 Département d’anesthésie et réanimation, Cliniques Universitaires de Kinshasa, Université de Kinshasa, RD Congo
2 Clinique Caron, 111 rue Caron, 91200 Athis-Mons (France)
3 Ecole de santé publique, RD Congo


Correspondance
Joseph Nsiala Makunza
mnsiala78@gmail.com

Objectifs. Evaluer le profil clinique, la prise en charge pré et intra-hospitalière, et les déterminants du décès parmi les traumatisés graves (âge ≥ 18 ans) admis dans 4 Services de Réanimation de Kinshasa.

Méthodes. Analyse rétrospective des données épidémiocliniques, du type de prise en charge en pré et en intrahospitalier (48 premières heures) et de l’issue des patients admis entre janvier 2009 et décembre 2014. Les facteurs associés au décès ont été recherchés par régression logistique.

Résultats. L’étude a inclus 195 patients (moyenne d’âge : 38,8±14,6 ans ; 75 % d’hommes). Aucune prise en charge médicalisée n’est rapportée dans le collectif en préhospitalier. Le délai avant l’admission hospitalière était de 19,2 ± 3,6 heures. Le tableau clinique d’entrée est dominé respectivement par : le coma (168 patients ; 86%), la détresse respiratoire (82 patients ; 42%), et le choc hémorragique (35 patients ; 18%). La catégorisation initiale basée sur la sévérité des paramètres hémodynamiques a retenu 63% en situation instable (groupe A), 21% en situation précaire mais améliorés par la réanimation initiale (groupe B) et seulement 15% des sujets hémody-namiquement stables (groupe C). Le scanner cérébral n’a été obtenu que pour un peu plus d’1 patient sur 2 (54,4%), et le body scan chez seulement 10,8% des traumatisés. Le parage chirurgical a été l’acte opératoire le plus pratiqué (31%) ; et seulement 26% des cas ont bénéficié d’une ventilation mécanique. L’osmothérapie, les amines vasoactives, les plaquettes, et le plasma frais congélé ont été administrés respectivement à 12%, 7%, 1%, et 0% des traumatisés. Quatre facteurs étaient associés au décès : l’âge ≥ 65 ans (OR : 3,23 ; 95 % IC : 1,1 – 9,0), la saturation pulsée en oxygène < 90% (OR : 3,52 ; 95 % IC : 1,3 – 10,7), le score de Glasgow ≤ 8 (OR : 3,52 ; 95 % IC : 3,5 – 1,3) et le score RTS < 10 (OR : 4,16 ; 95 % IC : 1,2 – 65,2) ; alors que la ventilation mécanique était bénéfique.

Conclusion. L’enquête a identifié quatre principaux déterminants de la mortalité chez les traumatisés graves à Kinshasa, justifiant des interventions ciblées pour améliorer leur pronostic.

Mots clés : Traumatisé grave ; Mortalité ; Déterminants ; Kinshasa

Historique de l’article

Reçu le 25 juillet 2017

Accepté le 12 septembre 2017

Objectives. To assess pre and intra-hospital management of severe trauma patients (age ≥ 18 years) admitted in 4 intensive care units at Kinshasa and to identify risk factors for mortality.

Methods. Retrospective analysis of clinical data, pre-and intrahospital care pathways (first 48 hrs) and outcome of patients admitted between January 2009 and December 2014. Mortality-related factors were tested using logistic regression.

Results. Out of 195 patients included (mean (SD) age in years 38.8 (14.6), 75% males), no one received prehospital medicalized care. Time in hours (SD) to admission was 19.2 (3.6). At admission 168 (86%) patients were comatose, 82 (42%) in respiratory distress, 35(18%) had hemorragic shock. The severety based hemodynamic score allowed the initial categorisation of patients in 63% with instable status (group A), 21% in precarious state but improved by initial resuscitation (group B) and only 15% in stable condition (group C). Brain scan was obtained for 54.4% cases, and body scan in only 10.8% of the group. Surgical trimming was the most common surgical procedure (31%), and only 26% of cases underwent mechanical ventilation. Osmotherapy (12% cases) and vasoactives amines (7%) were the most used adjunctive medical therapies. Strongest predictors of death included: age ≥ 65 years (OR: 3.23, 95% CI: 1.1 – 9.0), pulsed oxygen saturation <90% (OR: 3.52, 95% CI: 1.3 – 10.7), Glasgow score ≤ 8 (OR: 3.52, 95% CI: 3.5 – 1.3) and RTS score <10 (OR: 4.16; % IC: 1.2 – 65.2) while mechanical ventilation was beneficial.

Conclusion. The survey identified 4 main determinants of mortality among these severely ill patients, highligting the need for targeted interventions to improve patient’s outcome.

Key-Words: Severe trauma, Mortality, Determinants, Kinshasa

Article information

Received: July 25th 2017

Accepted: September 12th 2017

 

CC BY-NC 4.0 Cette œuvre est sous Licence Creative Commons Internationale Attribution-Pas d'Utilisation Commerciale 4.0.