skip to Main Content
annalesmedecine@yahoo.fr

Prévalence du cancer en République Démocratique du Congo : données anatomopathologiques recueillies aux Cliniques Universitaires et à l’Hôpital Général de Référence de Kinshasa Cancer prevalence in Democratic Republic of the Congo: anatomopathologic

.:: Auteurs : Mashinda KD*, Kayembe KP*, Mapatano MA.*

Résumé

Introduction. Les maladies chroniques non transmissibles, parmi lesquelles les cancers, constituent un poids de morbimortalité de plus en plus important dans les pays en voie de développement. En République Démocratique du Congo, l’absence de registre national de cancer est un handicap sérieux à l’évaluation épidémioclinique réelle de ce groupe d’affections. C’est pour pallier à cette carence que ce travail a été initié ; l’objectif étant de décrire les cancers les plus fréquents sur base des données anatomopathologiques rapportées dans deux institutions hospitalières de Kinshasa.
Méthodologie. Les registres et les protocoles de biopsies ont été consultés auprès des laboratoires d’anatomie pathologique des Cliniques Universitaires, ainsi que de l’hôpital Général de Référence de Kinshasa. L’enquête a couvert la période de 1969 à 2008 (40 ans).
Résultats. Au total, 4137 cas de cancers ont été répertoriés. L’âge moyen des patients était de 42,2 ans, plus jeune pour le sexe féminin, qui était également plus affecté. Dans ce dernier groupe, les cancers du col utérin (27,7%), du sein (13,7%), des organes lymphoïdes (10%), et de la peau (8,6%), étaient les plus fréquents. Parmi les sujets du sexe masculin : les cancers des organes lymphoïdes (15,9%), le Sarcome de Kaposi (14,5%), le cancer de la prostate (14%), le cancer du foie (12,6%), et enfin celui de la peau (11,7%), ont été les plus rapportés.
Conclusion. Cette enquête, comme les données d’autres pays africains, révèle la prépondérance du sexe féminin et la survenue précoce des cancers dans ce groupe. Le cancer du col utérin et celui du sein sont les formes les plus fréquentes, tandis que le profil des cancers masculins retient les organes lymphoïdes et la prostate en tête de liste. La création et la tenue d’un registre national de cancer s’imposent comme un préalable à toute définition de stratégie adéquate de prévention du cancer dans notre pays.
Mots-clé : Cancer, épidémiologie, données anatomopathologiques, Kinshasa.

Juin2012V5n_C2_B03.pdf (468 téléchargements)

CC BY-NC 4.0 Cette œuvre est sous Licence Creative Commons Internationale Attribution-Pas d'Utilisation Commerciale 4.0.

Back To Top