skip to Main Content
annalesmedecine@yahoo.fr

Le traitement de l’hyperthyroïdie par l’iode I-131 aux Cliniques Universitaires de Kinshasa : alternative non agressive à la thyroïdectomie

.:: Auteurs : Bidingija M*, Bayauli M*, et Ditu M*.

* Service d’Endocrinologie, Métabolisme et Médecine Nucléaire, Cliniques Universitaires de Kinshasa

Résumé

Objectifs : évaluer la réponse des hyperthyroïdiens congolais à une dose fixe de l’iode I-131, relever les avantages de ce mode de traitement par rapport aux antithyroïdiens de synthèse et à la  thyroïdectomie.

Matériel et méthodes : Etude prospective de 35 hyperthyroïdiens congolais traités en Endocrinologie aux Cliniques Universitaires de Kinshasa (CUK) de 1980 à 2007. Les indications du radio-iode I- 131 ont été: l’échec du traitement par les antithyroïdiens de synthèse (ATS) (83%) ou leurs contre-indications (8,5%), la cardiothyréose irréductible (5,7%), la non observance du traitement (2,9%). Des mesures contraceptives étaient conseillées aux femmes en âge de procréation. Chaque patient recevait une dose fixe de 10 mCi et restait en observation à l’hôpital pendant 4 jours. Un contrôle clinique et biologique était fait tous les 3 mois en ambulatoire pendant les 12 mois qui suivaient l’administration du radio-iode.

Résultats : Trois hommes d’âge moyen de 46 + 23 ans et 27 femmes d’âge moyen de 40 + 13 ans ont été inclus dans l’étude. La maladie de Basedow représentait 57,1% des cas, le goitre multinodulaire toxique 40% et le nodule toxique 2,9%. Nous avons obtenu un succès thérapeutique dans 70% des cas, un échec dans 23,3%, un décès dans 6,7%. La disparition ou la régression du volume du goitre a été observée dans 78,6% des cas chez les goitreux non opérés. L’exophtalmie avait disparu ou considérablement régressé dans 56,3% des cas, tandis que dans 53,3%, il y a eu une diminution simultanée du goitre et de l’exophtalmie. Aucune complication majeure n’a été observée au cours de l’étude.

Conclusion : La réponse des malades au radio-iode a été très bonne, telle que l’attestent la diminution rapide du volume du goitre, la régression de l’exophtalmie, l’absence des effets indésirables graves, ainsi que la facilité de son administration.
Mots-clés : Hyperthyroïdie, Irathérapie, République Démocratique du Congo.

CC BY-NC 4.0 Cette œuvre est sous Licence Creative Commons Internationale Attribution-Pas d'Utilisation Commerciale 4.0.

Back To Top