skip to Main Content

Impact of Adapted Physical Activity on Blood Pressure and Hypertension Control in the Militaries of Kinshasa Garrison, Democratic Republic of Congo: A Randomized Controlled Trial / Impact de l’Activité Physique Adaptée sur la Pression Artérielle et le Contrôle de l’Hypertension Artérielle des Militaires de la Garnison de Kinshasa, République Démocratique du Congo : un Essai Randomisé Contrôlé

Auteurs

Gilbert Kurhenga Kabanda1,2, Aliocha Natuhoyila Nkodila1,3, Gustave Mundu Masudi², Felix Espoir Batena Beya², Nicaise Ngasa Kiana Ngasa², Rawell Masey Mety², Nathan Bimbi Buila1, Jean-Marie Ntumba Kayembe Ntumba4, Benjamin Mbenza Longo1, Jean-René M’Buyamba-Kabangu1

Appartenances

1 Division of Cardiology, Department of internal Medicine, University of Kinshasa Hospital, DR Congo

2 Cardiovascular Exploration Center, Camp Lieutenant-Colonel Kokolo, Kinshasa, DR Congo

3 Department of Family Medecine and Primary Care, Protestante University of Congo, Kinshasa, DR Congo

4 Division of Pneumology, Department of internal Medicine, University of Kinshasa Hospital DR Congo

Corresponding Author

Jean-René M’Buyamba-Kabangu MD, PhD

Courriel: mbuyamba.kabangu@unikin.ac.cd

Hypertension Unit

SummaryRésumé

Context and objective. Major handicap for operational conditioning of troops, hypertension requires innovative approaches for its prevention and management. The present study aimed to evaluate the impact of adapted physical activity (APA) on BP level of sedentary soldiers from Kinshasa garrison and the rate of hypertension control in those with high BP.

Methods. Open, parallel randomized controlled trial carried out at Camp Lt-Colonel Kokolo (CVEC) from June 2016 to October 2017) in sedentary soldiers (57.6 %, hypertensives) allocated for 8 weeks to APA (n=119) or control (n=110). The randomization procedure used permuted blocks of four consecutive participants. The outcomes were baseline-adjusted between-group difference in BP level (all participants), in rate of BP control among hypertensives. Results. At the last available visit in 226 participants (119 vs 107), the baseline-adjusted BP difference between active and control group by intention-to-treat was 5.1 (95 % CI 1.2 -10.8)/3.0 (0.1-6.9) mmHg lower in the active group. The effect of APA was also significant across pre-specified categories of participants based on age, officers’ rank, and hypertension status. Among 129 analyzed drug treated hypertensives (68 vs 61), the rate of BP control remained unchanged in the control group (43.8 to 44.3%) but increased (43.5% to 85.3 %) in the active group yielding a baseline-adjusted between group difference of 40.7 (32.2; 49.2) %. The probability to achieve hypertension control was greater (HR: 3.38 [95% CI: 1.48-4.84] in the active group. PP analysis of 122 soldiers (80 vs 42) with data at all scheduled visits yielded confirmatory results for BP reduction and for hypertension control by APA. The changes in BP were positively correlated with concomitant reductions in heart rate.

Conclusion. Exercise training induced a significant BP reduction in sedentary militaries and improved the control rate among those with drug treated hypertension.

Keywords: Physical activity, Blood pressure, Hypertension control, Military, DR Congo

Received: March 2nd, 2022

Accepted: July 24th, 2022

Contexte & objectifs. Handicap majeur à la mise en condition opérationnelle des troupes, l’hypertension nécessite des approches innovantes pour sa prévention et contrôle. L’objectif de la présente étude était d’évaluer l’impact de l’activité physique adaptée (APA) sur la pression artérielle (PA) et le contrôle de l’hypertension chez les militaires sédentaires de la garnison de Kinshasa.

Méthodes. Essai contrôlé randomisé, ouvert et parallèle, réalisé au Camp Lt-Colonel Kokolo (CVEC) de juin 2016 à octobre 2017 chez des militaires sédentaires (57,6 % hypertendus) affectés pendant 8 semaines au groupe APA (n=119) ou au groupe contrôle (n=110). La procédure de randomisation a utilisé des blocs permutés de quatre participants consécutifs. Résultats. A la dernière visite disponible chez 226 participants (119 contre 107), la différence de PA ajustée aux valeurs initiales entre les groupes actif et témoin selon le principe d’intention de traiter était de 5,1 (IC à 95 % 1,2 -10,8) vs 3,0 (0,1-6,9) mmHg plus faible dans le groupe actif. L’effet de l’APA était également significatif dans les catégories de participants prédéfinies en fonction de l’âge, du grade militaire et de l’hypertension. Parmi 129 hypertendus traités analysés (68 contre 61), le taux de contrôle de la TA est resté inchangé dans le groupe témoin (43,8 à 44,3 %) mais a augmenté (43,5 % à 85,3 %) dans le groupe actif, soit une différence entre les groupes de 40,7 (32,2; 49,2) %. La probabilité d’obtenir un contrôle de l’hypertension était plus élevée (HR: 3,38 [IC à 95 %: 1,48; 4,84] dans le groupe actif. L’analyse PP de 122 soldats (80 contre 42) avec des données à toutes les visites programmées a donné des résultats confirmatifs pour la réduction de la PA et pour le contrôle de l’hypertension par l’APA. Les modifications de la PA étaient positivement corrélées aux réductions concomitantes de la fréquence cardiaque.

Conclusion. L’entraînement physique a induit une réduction significative de la PA chez les militaires sédentaires et a amélioré le taux de contrôle chez les personnes souffrant d’hypertension traitée par des médicaments.

Mots-clés : Activité physique, pression artérielle, contrôle hypertension, militaires, RD Congo

Reçu le 2 mars 2022

Accepté le 24 juillet 2022

https://dx.doi.org/10.4314/aamed.v15i4.2

02_Impact-of-Adapted-Physical-Activity-on-Blood-Pressure-.pdf_extract_1.pdf (18 téléchargements)

CC BY 4.0 Cette œuvre est sous Licence Creative Commons Internationale Attribution 4.0.

Back To Top