Madee RB1, Kibadi AK1, Veyi DT1, Mokassa LB1, Punga AM1


1 Département de Chirurgie, Cliniques Universitaires de Kinshasa


Correspondance
Remy Madee Bayaa
Courriel : remymadee@gmail.com

Contexte & objectifs. Les contusions abdominales sont relativement fréquentes et graves dans les pays en voie de développement où la prise en charge est souvent tardive. Cependant, les données y relatives sont paradoxalement fragmentaires en Afrique subsaharienne (ASS). Les objectifs de la présente étude étaient de décrire les aspects épidémiologiques et cliniques, et d’évaluer la prise en charge des contusions abdominales. Méthodes. Il s’agissait d’une étude documentaire ayant colligé tous les patients opérés pour contusion abdominale aux Cliniques Universitaires de Kinshasa (CUK) entre 1980 et 2015. Les paramètres d’intérêts comprenaient la fréquence annuelle, les données sociodémographiques, anthropologiques, cliniques ainsi que l’attitude thérapeutique, l’évolution et l’issue vitale en fonction du degré d’urgence et de l’indice de sévérité des lésions (ISS). Résultats. De 456 patients pris en charge pour contusion abdominale pendant la période d’étude, 125 dossiers seulement ont été retenus, avec une fréquence annuelle de 3 cas et un pic de 30 cas observé entre 1996 et 1999. Leur âge moyen était 23 ans (extrême 4 et 76 ans) avec une prépondérance masculine (72%). Presque tous les patients (95%) ont présenté des douleurs abdominales, d’une durée moyenne de 8,6 ± 6 heures. Les étiologies étaient dominées par les accidents du trafic routier (56,8%). La rate et le foie étaient les organes les plus atteints respectivement, dans 56,8% et 20,8% des cas. L’évolution après traitement chirurgical (laparotomie exploratoire le plus souvent) a été marquée par une guérison dans 87% des cas. Nous avons déploré 13% de décès dans un tableau de défaillance multi viscérale chez les polytraumatisés. Conclusion. La contusion abdominale est une cause fréquente d’admission pour urgences chirurgicales aux CUK. L’accident du trafic routier rend compte de plus de la moitié des cas et justifie de ce fait l’implementation des mesures préventives éfficientes de sécurité routière.

Mots clés : Contusion abdominale, accident du trafic routier, urgence chirurgicale

Historique de l’article :

Reçu le 31 décembre 2016

Accepté le 20 juin 2017

Context and objectives. Despite their relatively high frequency and severity, abdominal contusions management is often delayed and available data are sparse in sub-Saharan Africa (SSA). This study aimed to describe clinical file and the management of these emergencies at the Kinshasa University Hospital (KUH). Methods. A retrospective analysis of records of all patients with a diagnosis of abdominal contusion admitted between 1980 and 2015 at KUH. Collected variables were: annual frequency, clinical features, treatment management, and patients’ outcome according to the index of severity. Results. Only 125 (27.4%) (average age: 23 yrs range 4-76 yrs; 72% males) out of the 457 eligible patients were included. Annual frequency was of 3 cases with a peak of 30 cases between 1996 and 1999. Abdominal pain was the dominant symptom, in almost all (95%), with an average duration of 8.6 ± 6 hours. Road accidents stand as the dominant cause of the emergency in more than a half of the group (56.8%), involving mainly the spleen (56.8%) and the liver 20.8%). Post surgical outcome was successful in 87% of cases versus 13% of deaths often due to multiple organ failure. Outcome after surgical treatment (mostly exploratory laparotomy) was successfull in 87% of the cases. Conclusion. Abdominal contusion, mainly due to road traffic accident is a frequent cause of admission for surgical emergency at KUH. Preventive measures to regulate raod traffic need to be encouraged in this environment.

Key words: Abdominal contusion, road traffic accident, surgical emergency

Article information:

Received: December 31th 2016

Accepted: June 20th 2017

CC BY-NC 4.0 Cette œuvre est sous Licence Creative Commons Internationale Attribution-Pas d'Utilisation Commerciale 4.0.