skip to Main Content
annalesmedecine@yahoo.fr

Aspects épidémiologiques et cliniques des manifestations rhumatismales au cours de l’infection à VIH en milieu hospitalier de Kinshasa / Epidemiological and clinical aspects of rheumatic manifestations in HIV patients in Kinshasa. A hospital- based study

Auteurs
Viviane Yowa Nyembue1, Jean-Jacques Kabasele Malemba1, Pierrot Litite Lebughe1, Jean-Christophe Mulumba1, Jean-Marie Mbuyi-Muamba1

Appartenances
1 Service de Rhumatologie, CUK, RD Congo

Correspondance

Jean-Jacques Kabasele Malemba

Courriel : jeje_malemba2003@hotmail.com


SummaryRésumé

Context and objective. Data on articular manifestations of HIV infection in sub-Saharan Africa are scarce. The present study aimed to describe clinical features of rheumatic manifestations in Congolese HIV patients.

Methods. A cross-sectional study including HIV patients was conducted from June 1st to September 30th, 2015 in two hospitals of Salvation Army in Kinshasa, DRC. The parameters of interest included musculoskeletal signs, radiographic and laboratory data of each patient. Rheumatic diseases were defined according to classical criteria or physician opinion if criteria were not applicable.

Results. Three hundred twenty one HIV patients were recruited, of whom 254 women (79.1%). Their average age was 45.1 ± 9.56 years. The median duration of HIV infection and antiretroviral therapy was 38 months (ranged between 3 and 155 months) and 34 months respectively (ranged between 2 to 137 months). The prevalence of rheumatic complaints in HIV was 27.7%. The following diseases were encountered: osteoarthritis (49.4%), spondyloarthitis (33.7%), soft tissue rheumatisms (25.8%), rheumatoid arthritis (1.1%) and miscellaneous (16.9%). HIV patients with rheumatic symptoms showed no difference to those without rheumatic symptoms concerning the WHO classification system for HIV infection, the number of T-CD4 lymphocytes and the duration of HIV infection. A disease or a treatment duration between 12 and 60 months was associated to a high frequency of spondylarthritis and soft tissue rheumatisms. The risk of soft tissue rheumatisms occurrence was fourfold highest in patients with low T-CD4 lymphocytes.

Conclusion. Roughly, one third of HIV patients exhibits various rheumatic diseases, mainly osteoarthritis, spondylarthritis and soft tissue rheumatism.

Key-words: Rheumatic manifestations, HIV, hospital, Kinshasa

Article information

Received: October 21st, 2018

Accepted: August 24th, 2019

Contexte et objectif. Les données sur l’atteinte articulaire dans l’infection à VIH en Afrique subsaharienne l’épicentre sont fragmentaires. La présente étude a décrit les aspects épidémiologiques des manifestations rhumatismales, au cours de l’infection à VIH/SIDA ; en milieu hospitalier de Kinshasa.

Méthodes. Etude transversale descriptive et analytique incluant les personnes vivant avec VIH menée du 1er juin au 30 septembre 2015 dans deux formations médicales de l’Armée du Salut. Les paramètres d’intérêt étaient : démographiques, cliniques (symptômes musculosquelettiques), radiographiques et biologiques. Le diagnostic des pathologies rhumatismales a été posé sur base des critères classiques ou le cas échéant, l’opinion du rhumatologue pour les maladies sans critères diagnostiques consensuels.

Résultats. Trois cent vingt et un PVV ont été examinés, dont 254 femmes (79,1%). L’âge moyen des patients était de 45,1 ± 9,6 ans. La durée médiane de l’infection à VIH et du traitement antirétroviral étaient respectivement de 38 mois [extrêmes 3 et 155 mois) et 34 mois (extrêmes 2 et 137 mois). La fréquence des manifestations rhumatismales était 27,7%. Les pathologies rhumatismales rencontrées comprenaient: l’arthrose (49,4%), les spondylarthrites (33,7%), les pathologies abarticulaires (25,8%), la polyarthrite rhumatoïde (1,1%) et les autres rhumatismes (16,9%). Les caractéristiques de l’infection à VIH (stade de l’OMS, taux des LT CD4, durée de la maladie, durée du traitement) étaient similaires entre les rhumatisants et les non rhumatisants. Une maladie ou un traitement d’une durée de 12 à 60 mois était indépendamment associé aux maladies abarticulaires. Le risque d’atteinte abarticulaire était également majoré par 4 pour un taux bas de LTCD4. Enfin, seul l’âge > 40 ans était associé risque d’arthrose.

Conclusions. Près d’un tiers des PVV présentent des manifestations rhumatismales variées, en particulier ; les spondylarthrites, l’arthrose et les pathologies abarticulaires.

Mots-clés : manifestations rhumatismales, VIH, hôpital, Kinshasa

Historique de l’article

Reçu le 21 octobre 2018

Accepté le 24 août 2019

06-Aspects-épidémiologiques-et-cliniques-des-manifestations-rhumatismales-au-cours-de-l’infection-à-VIH-en-milieu-hospitalier-de-Kinshasa.pdf (44 téléchargements)

CC BY-NC 4.0 Cette œuvre est sous Licence Creative Commons Internationale Attribution-Pas d'Utilisation Commerciale 4.0.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Back To Top