skip to Main Content
annalesmedecine@yahoo.fr

Aspects épidémiologiques, cliniques et thérapeutiques de l’hydrocéphalie aux Cliniques Universitaires de Kinshasa / Epidemiological, clinical and therapeutical features of hydrocephalus at Kinshasa university hospital

Auteurs

Junior Tutukyona Ibrahimu1, Alain Kalubye Beltchika1, Jean Ntombo Bianda², Glennie Eba Ntsambi1

Appartenance

1 Unité de Neurochirurgie, Cliniques Universitaires de Kinshasa, RD Congo
2 Service de Chirurgie Pédiatrique, Cliniques Universitaires de Kinshasa, RD Congo

SummaryRésumé

Context and objective. Hydrocephalus is a huge burden and surgically treatable condition in developing countries; however, data from sub-Saharan Africa are paradoxically scarce. The objective of this study was to investigate the epidemiological, etiological and therapeutic aspects of hydrocephalus. Methods. We examined 106 records of patients admitted in the Kinshasa university hospital for hydrocephalus from June 1990 to June 2013. Results. The frequency of hydrocephalus is 17.3%. Children aged 0-3 years were the most affected (76.4%). Congenital (43.3%) and infectious (37.6%) etiologies were the most frequent. Ventriculo-peritoneal shunt was the common surgical treatment. The average therapeutic time was 138.5 days. Infectious and mechanical complications were encountered in 18.6% and 19.7% of cases, respectively.The rates of surgical treatement by insertion of drainage system and postoperative mortality were 23.1% and 14.2%. Conclusion. Congenital hydrocephalus is common affecting in infants. Its mortality is high due to the late management. Early treatment would improve the prognostic of the hydrocephalus in the Democratic Republic of the Congo.
Key words : epidemiology, ventriculo-periteonal shunt, hydrocephalus, Kinshasa university hospital
Article information
Received date: 22 December 2017
Accepted date: 16 November 2018

Contexte et objectif. Bien que l’hydrocéphalie chirurgicalement traitable soit un lourd fardeau dans les pays en voie développement, les données restent fragmentaires dans les pays d’Afrique Sub-saharienne. L’objectif de la présente étude était de décrire les caractéristiques épidémio-cliniques, étiologiques, thérapeutiques et évolutives à moyen terme des hydrocéphales. Méthodes. Par une étude documentaire descriptive, nous avons colligé 106 dossiers exploitables des patients hydrocéphales suivis aux Cliniques universitaires de Kinshasa entre le 1er juin 1990 et le 31 juin 2013. Résultats. La fréquence hospitalière relative de l’hydrocéphalie était de 17,3%. La tranche d’âge de 0-3 ans a été la plus concernée (76,4%). Nous avons enregistré 62 hommes contre 44 femmes avec un sexe ratio H/F de 1,4. La forme congénitale a été la plus fréquente (43,3%) suivie de la forme infectieuse (37,6%). Le traitement reste dominé par la dérivation ventriculo-péritonéale. Le délai thérapeutique a été long (moyenne de 138,5 jours). Les complications infectieuses et mécaniques ont été retrouvées respectivement dans 18,6% et 19,7% des cas. La mortalité postopératoire et le taux de révision du système de drainage étaient observés dans 14,2% et 23,1%. L’évolution a été jugée favorable dans 67,03%. Conclusion. L’hydrocéphalie souvent congénitale affectant le nourrisson est relativement fréquente dans notre milieu mais sa prise en charge qui est souvent tardive assombri le pronostic. Cet état peut être corrigé par la précocité du traitement.
Mots clés : épidémiologie, dérivation ventriculo-péritonéale, hydrocéphalie, Cliniques universitaires de Kinshasa
Historique de l’article
Reçu le 22 décembre 2017
Accepté le16 novembre 2018

03_Aspects-épidémiologiques-cliniques-et-thérapeutiques-de-l’hydrocéphalie-aux-Cliniques-Universitaires-de-Kinshasa.pdf (37 téléchargements)

CC BY-NC 4.0 Cette œuvre est sous Licence Creative Commons Internationale Attribution-Pas d'Utilisation Commerciale 4.0.

Back To Top