skip to Main Content
annalesmedecine@yahoo.fr

Aspects épidémio-clinique et évolutif de la Cirrhose du foie à Kinshasa : Etude Multicentrique / Multicentric study on epidemiological, clinical and progressive aspects of liver cirrhosis in Kinshasa

Charles N. Mbendi1, Aliocha Nkodila2, 4, Jean Claude B. Zingondo3, Manangama CN3, Taty PL3, Ngoma JA3, Lusakumunu TK3, Mabidi GM3, Nyembo SB3, Kabangu JMM3, Katumwa SB3, Mbunzu PM3, Bualuti CM3,  Sébastien N. Mbendi1


Correspondance : Charles Mbendi Nlombi MD
E-mail : chmbendi@yahoo.fr


1 Service d’Hépatogastroentérologie, Université de Kinshasa
2 Centre médical Moyo
3 Médecin des hôpitaux
4 Centre Médical Cité des Aveugles

SummaryRésumé

Context and objectives. Liver cirrhosis is relatively common and leads to multiple complications in developing countries where management is often late. However, data on this disease are paradoxically scarce in DR Congo. The present study was designed to describe epidemiological, clinical, therapeutic aspects as well as outcome of cirrhosis in the city of Kinshasa. Methods. In a retrospective study, 1,056 records of patients having liver cirrhosis and attending 8 hospitals over 11 years (2001-2011) in the city of Kinshasa were analyzed. The parameters of interest included sociodemographic, clinical and disease progression data. Results. Their mean age was 51 ± 16 years with a male predominance (68.8%). The etiologies of cirrhosis were dominated by alcoholism (49.6%) and viral hepatitis (22.4%). Among patients with viral hepatitis, 11.3 % were seropositive for HBsAg, 34.0% for anti-HCV and 54.7% for HBV-HCV. Almost half of the patients presented with abdominal pain (45%), physical asthenia (43%) and abdominal bloating (42%). The most common clinical signs found were ascites, hepatomegaly and lower limb edema. The outcome was marked by ascites in 64.7%, jaundice in 42.3%, malignant degeneration in 33% and digestive hemorrhage in 32%. Beside the symptomatic treatment, an etiological treatment was rarely tempted. No patient benefited from hepatic transplantation and 44.2% of patients died. Conclusion. Almost half of cirrhotic patients studied were alcoholic and the treatment still symptomatic. This study argues for a national policy for the management of liver cirrhosis and especially prevention through the fight against chronic alcoholism and vaccination campaigns against viral hepatitis B and C.

Key words: cirrhosis, alcohol, viral hepatitis B, viral hepatitis C, jaundice, multicentric, Kinshasa.

Article information

Received: November 2, 2017

Accepted: February 21, 2018

Contexte et objectifs. La cirrhose est relativement fréquente et occasionne des multiples complications dans les pays en voie de développement où la prise en charge est souvent tardive. Cependant, les données y relatives sont fragmentaires en RD Congo. Les objectifs de la présente étude étaient de décrire les aspects épidémiologiques, cliniques, et évolutifs de la cirrhose hépatique dans la ville de Kinshasa. Méthodes. Il s’agissait d’une étude documentaire ayant colligé les dossiers médicaux de 1056 patients ayant présenté une cirrhose du foie dans 8 centres hospitaliers de la ville de Kinshasa entre 2001 et 2011. Les paramètres d’intérêt comprenaient les données sociodémographiques, cliniques, ainsi que l’évolution des patients sous l’attitude thérapeutique. Résultats. Leur âge moyen était de 51ans (ET=16) avec une prédominance masculine (68,8%). Les étiologies de la cirrhose étaient dominées par l’alcoolisme (49,6%) et l’hépatite virale (22,4%). Parmi les patients avec hépatite virale (22,4%), 11,3% de l’Ag HBs, 34% de l’Ac anti VHC et 54,7% de co-infection VHB-VHC étaient rencontrés. Près de la moitié des patients ont présenté à l’admission des douleurs abdominales (45%), de l’asthénie physique (43%) et un ballonnement abdominal (42%). L’ascite, l’hépatomégalie et les œdèmes des membres inférieurs étaient les signes physiques fréquemment rencontrés. L’évolution était marquée par une ascite chez 64,7%, un ictère chez 42,3%, une dégénérescence maligne chez 33% et une HD chez 32%. En dehors du traitement symptomatique, le traitement étiologique était rarement tenté. Aucun patient n’a bénéficié d’une transplantation hépatique et 44,2% des patients étaient décédés.

Conclusion. Près de la moitié des patients étudiés avait une cirrhose alcoolique dont la prise en charge reste très délicate expliquant la surmortalité. Cette étude plaide pour une politique nationale de prise en charge de la cirrhose du foie et surtout de prévention par la lutte contre l’alcoolisme chronique et les campagnes de vaccination contre l’hépatite virale B et C.

Mots clés: cirrhose, alcool, hépatite virale B, hépatite virale C, multicentrique, Kinshasa.

Historique de l’article

Reçu le 2 novembre 2017

Accepté le 21 février 2018

 

 

CC BY-NC 4.0 Cette œuvre est sous Licence Creative Commons Internationale Attribution-Pas d'Utilisation Commerciale 4.0.

Back To Top