Bilonda ME1,2, MD ; Sombo MT1, MD ; Mbambu M1, MD ; Kayembe KT1, MD, PhD ; Tshala-Katumbayi D1,3, MD, PhD ; Okitundu D1, MD, PhD ; Bukasa KB1, PhD, MD.


1 Département de Neurologie, Centre Neuro-Psycho-Pathologique de l’Université de Kinshasa

2 Faculté de Médecine de l’Université de Lubumbashi

3 Department of Neurology and Center for Research on Occupational and Environmental Toxicology, Oregon Health &Science University, Portland OR, USA

Résumé

Contexte et objectif. Comme toute agression cérébrale, les neuro-infections provoquent des réactions inflammatoires et immunitaires, et des lésions neuronales susceptibles d’augmenter l’hyperexcitabilité et l’hypersynchronie neuronales génératrices des crises épileptiques. Ainsi, la présente étude avait pour objectif de déterminer le profil clinique et épidémiologique des crises épileptiques dans les neuro-infections rencontrées au service de neurologie du Centre Neuro-psycho-pathologique de l’Université de Kinshasa.

Méthodes. Il s’agit d’une étude documentaire qui a concerné 52 patients hospitalisés du 1é Janvier au 31 Décembre 2012 pour neuro-infection et chez qui les diagnostics ont été posés sur base des données cliniques et paracliniques. Les données socio-démographiques, les motifs de consultation, les caractéristiques cliniques et l’évolution 3/4 sous traitement des crises épileptiques ont été les variables étudiées en lien avec le diagnostic étiologique.

Résultats. Sur 52 cas de neuroinfection enregistrés durant cette étude, 30,7% avait un âge compris entre 31 à 40 ans, les extrêmes étant de 3 et 70 ans, la médiane était calculée 42,6 ans avec un sex ratio de 1,36 en faveur des hommes. Les céphalées 34/52 (65,3%) et les crises épileptiques 31/52 (59,6%) étaient les motifs principaux de consultation. La fréquence de crises épileptiques était de 23/52 (44,2%). Les fréquences des crises étaient de (75%) pour les abcès cérébraux, 10/20 (50%) le neurosida, 6/16 (37,5%) la maladie du sommeil, 4/12 (33,3%) les méningo-encéphalites bactériennes dont 2 cas de neurotuberculose. Les crises étaient généralisées dans 11/23 (47, 8%) et focales 12/23 (52,2%) et 2/23 (8,7%) étaient des états de mal épileptique. Quant à l’évolution sous traitement, il y a eu cessation des crises dans 17/23 (73,9%).

Conclusion.  Les crises épileptiques sont fréquentes en neurologie infectieuse dans cette étude, le neurosida et la maladie du sommeil en constituent les conditions étiologiques les plus observées.

Mots-clés: Epilepsie, Maladie du sommeil, Neurosida, Neurologie infectieuse, République Démocratique du Congo

Commenter

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*