Mundele A1, Lubula L², Ntanga C1, Magazani A²

annymundele@gmail.com


1 Bureau central de la zone de santé de Lingwala (BCZS)

2 Ministère de la santé RD Congo

Contexte et objectif. La qualité des données de surveillance VIH est une préoccupation majeure du Ministère de la santé publique. Elle oriente les décisions du pouvoir publique. D’où l’objectif de notre étude d’évaluer la qualité des données transmises au Bureau de Coordination de Zone de Santé (BCZS).

Méthodes. Il s’agissait d’une étude rétrospective de janvier 2014 à décembre 2015. Les populations étudiées sont les médecins, infirmières, techniciens de laboratoire de l’hôpital de Kabinda, du centre de santé Kitega et du BCZS. Les technique et outils utilisés sont une revue documentaire des registres des structures comparés aux rapports d’activité transmis au BCZS. Un entretien face à face avec les prestataires (sur la formation, définition des cas, la disponibilité des ressources, la collecte, l’analyse, l’interprétation la transmission des données, la représentativité, la qualité des données). L’analyse était basée sur le calcul des fréquences et pourcentages.

Résultats. Dans les structures de soins : Sur un total de 24 personnes impliquées dans la surveillance, alors que 100% disposaient des registres et rapports d’activités, seulement 75% (18 personnes) étaient formées.

Aucune structure de soins (0%) ne réalisait la validation des données ni ne disposait de manuel de procédure ou de guide de remplissage. Une faible utilisation des données était observée soit 33%. Par ailleurs, les données recomptées en rapport avec le nombre de patients positifs pour le VIH et les nouveaux cas sous traitement antirétroviral, n’étaient exactes qu’à 95,6% et 97,9% par rapport à celles rapportées au BCZS.

Au BCZS : Sur un total de 3 personnes impliquées dans la surveillance seulement 66,7% (2 personnes) étaient formées. Les réunions de validation des données étaient organisées par la ZS. La promptitude des rapports était à 18%, la complétude des rapports s’élevait à 100%, l’exhaustivité des données à 60% avec une faible représentativité de 50 %.

Conclusion. La présente étude montre une certaines insuffisances en rapport avec la qualité des données dans la Zone de santé de Lingwala. Un accompagnement des structures de soins dans la réalisation des activités VIH d’assurance qualité devra être fait.

Mots clés : données, évaluation, qualité, VIH

Context and objective. The quality of data on HIV surveillance is a major preoccupation of the Public Health Ministry and guides decisions from the public authorities. The objective of the present study was to evaluate the quality of data sent to the Central Office of the Health Zone (BCZS).

Methods. A retrospective study was conducted between January 2014 and December 2015. Populations under study were medical doctors, nurses, laboratory technicians from the Kabinda Hospital, the Health center Kitega and the BCZS. A documentary review of care structure registers that were compared to activity reports sent to BCZS was the main technique used in the present study. A face-to-face interview was conducted with the medical personnel about training, case definition, resource availability, data collection, data analysis, interpretation, data transmission, representativity, data quality. The analysis was based on the calculation of frequencies and percentages.

Results. In the structures of care: All structures (100%) maintained registers and produced activity reports. Only 18 out of 24 persons (75%) involved in the surveillance received training. No structure (0%) conducted data validation or had a procedure manual or a guide for filling. A low exploitation of data was observed (33%). In addition, data recount on the basis of the number of HIV-positive patients and new cases under antiretroviral therapy showed an accuracy of 95.6% and 97.9% respectively, when compared to data reported to BCZS.

In BCZS: 2 out of 3 persons (66.7%) involved in the surveillance received training. Meetings for data validation were organized by the Health Zone. 18% of reports were prompt, 100% were complete, 60% had exhaustive data. The representativity was low with 50%.

Conclusion. The present study shows that the quality of data from the Health Zone of Lingwala is deficient. The implementation of quality assurance standards is needed in the realization of HIV-related activities in care structures.

Keywords : data, evaluation, quality, HIV

 

CC BY-NC 4.0 Cette œuvre est sous Licence Creative Commons Internationale Attribution-Pas d'Utilisation Commerciale 4.0.