Olaitan Adouni Bénédicte Biokou, Cheikh saad bouh Boye, Abdoulaye Seck

Auteur correspondant

Olaitan Adouni Bénédicte Biokou

biokoubenedicte@gmail.com

Unité de recherche et de biotechnologie microbienne du laboratoire de bactériologie-virologie de l’hôpital Aristide Le Dantec, Dakar, Sénégal

Résumé

Contexte et objectif. Les infections associées à Staphylococcus aureus constituent un véritable problème de santé publique, de par leur fréquence et leur gravité. La présente étude a déterminé non seulement les phénotypes de résistance de S. aureus aux antibiotiques mais aussi l’activité bactéricide des sels de métaux lourds sur les souches de S. aureus.

Méthodes. Une étude transversale a été conduite en réalisant l’antibiogramme selon la méthode de diffusion en milieu gélosé par écouvillonnage.

Résultats. La fréquence de la résistance des S. aureus à la pénicilline a été de 100%, la méticilline (64%) dont n=18 étaient des SARM. Le profil MLSb constitutif et MLSb inductible étaient respectivement de 2,7% et 32,43%. Pour la résistance aux macrolides, Toutes les souches étaient sensibles à la vancomycine, à l’acide fusidique et aux cyclines. Seules, sept souches étaient résistantes aux fluroquinolones (25%). Les concentrations minimales inhibitrices des sels de métaux lourds obtenues après ensemencement par spot sont de 2,5 mM /L pour le nitrate d’argent, 0,25 Mm/L pour le chlorure de mercure et 1 Mm/L pour l’acétate de cadmium.

Conclusion. Cette étude permet de suivre l’évolution des profils de sensibilité des souches de S. aureus aux antibiotiques et aux sels de métaux lourds dans le traitement des infections nosocomiales

Mots clés: Stapylococcus aureus, antibiotique, métaux lourds, hémolysine, résistance

Commenter

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*