Mbuyi AM1, Mulembakani P5, Kabanda GK², Anthony AD3, Makuwa M5, Mbala P5, Saylors K5, Macera C4

pmbala@metabiota.com


Ce programme a été réalisé avec le soutien du « Polio Research Committee » de l’OMS (WHO: HOPOL1206310)

1 PALS; 2 CorSM FARDC; 3 US NAVY-DHAPP; 4 DoD/DHAPP ; 5 Metabiota, DRC

Contexte & objectifs. En Afrique subsaharienne, le fardeau de l’infection à VIH et de la syphilis, surtout chez les hommes en arme, est peu connu. Et pourtant cette région en représenterait le plus grand foyer au monde. L’objectif de la présenté étude était de déterminer la séroprévalence du VIH et de la Syphilis au sein du personnel actif de l’armée congolaise et d’identifier les facteurs de risque associés à ces infections. Méthodes. Une étude épidémiologique, transversale a été menée entre Octobre2013 et Avril 2014 au sein des Forces Armées de la RD Congo, dans toute l’étendue du pays, au travers de son Programme spécifique, le PALS. Il s’agissait d’un échantillonnage aléatoire stratifié à plusieurs degrés. Les trois Zones de Défenses ont constitué les strates. Un questionnaire avait été administré lors d’interviews et les réponses recueillies étaient directement saisies sur des tablettes électroniques. Les tests rapides VIH comme celui de la Syphilis ont été réalisés selon les algorithmes du Programme National de Lutte contre le SIDA. Les questions administrées ont permis de traiter dix principales variables, à savoir les facteurs démographiques et militaires, l’accès et l’utilisation du préservatif, la disponibilité des services de dépistage du VIH, les violences basées sur le genre, les connaissances et pratiques en rapport avec le VIH/SIDA, l’alcoolisme, la consommation de drogue, le stress post-traumatique et la dépression.

Résultats. Nous avons enregistré 2.751 participants majoritairement des hommes (95%). L’âge moyen était de 41 ans (extrême19-83 ans). La Force terrestre constituait 66%. L’ancienneté moyenne au sein des FARDC était de 20 ans (0-55). Les taux de séroprévalence étaient respectivement de 3.5% pour le VIH et 15.5% pour le la Syphilis. Selon le score UNGASS 32.2% des participants ont répondu correctement aux cinq questions sur la connaissance du VIH. Conclusion. Près d’un militaire sur 28 est porteur du virus de l’infection à VIH. Comparée à la population générale de la RDC, la prévalence du VIH dans les FARDC est trois fois plus élevée. La Syphilis semble être oubliée d’où le bien fondé de la surveillance continue de la prévalence de ces deux maladies et des facteurs de risque comportementaux. De manière spécifique, des programmes de prévention primaire adaptés à la Syphilis doivent être mis en œuvre.

Mots clés : Force armée congolaise, infection à VIH, prévalence, syphilis, RD Congo

Context and objectives. Very little information exists on the burden of HIV and syphilis infections in military men from Sub-saharan Africa. Yet, this region remains a hotbed for the largest focal outbreak of the disease in the world. The objective of the present work was to determine the HIV and syphilis seroprevalence in the military personnel of Armed forces of the Democratic Republic of Congo (DRC) and to identify the risk factors associated to these infections. Methods. A cross sectional study was conducted across the DRC through the Armed forces program known as PALS, between October 2013 and April 2014.

The DRC Armed forces defense zones were used as strata in a random multistage stratified sampling. Rapid tests for the detection of HIVand Syphilis were carried out on the basis of the algorithmes of the National Program for the Fight against AIDS. The following variables were drawn from the interview responses: 1) demographic and military factors, 2) preservative use and access, 3) availability of HIV screening services, 4) gender-based violences, 5) knowledge and practices on HIV/AIDS, 6) alcoholism, 7) drug consumption, 8) post-traumatic stress and 9) depression. Results. 95% of the 2,751 subjects selected for the present study were male. The average age of the study subjects was 41 years (range, 19-83 years). 66% of subjects were from the Army Terrestrial Forces. The average time spent as military personnel was 20 years (range, 0-55 years). Prevalence rates were 3.5% for HIV and 15.5% for syphilis, respectively. Based on the UNGASS score, 32.2% of the study subjects gave correct answers to five questions testing their knowledge on HIV-AIDS. Conclusion. About 1 out of 28 military persons is infected with HIV. The prevalence of HIV in the DRC Armed Forces is 3 times higher than that in the DRC general population. Given these alarming prevalence rates for HIV and syphilis, a disease that is neglected, continuous surveillance of the prevalence and the behavioral risk factors for these 2 diseases becomes a necessity. Specifically, primary prevention programs aimed at fighting syphilis should be implemented.

Keywords:  DRC Armed Forces, HIV infection, prevalence, syphilis, DR Congo

04-Enquête-comportementale-et-de-séroprévalence-du-VIH-SIDA-et-de-la-Syphilis-au-sein-des-Forces-Armées-de-la-République-Démocratique-du-Congo.pdf (un téléchargement)