Papy Ansobi Onsimbie (URF-ECMI) Faculté de Médecine, Université de Kinshasa

ansobipao@gmail.com

Résumé

Contexte et objectif. La schistosomiase est une affection connue depuis la Haute Antiquité en Egypte ainsi qu’en Mésopotamie où elle est classée en première position des maladies transmises par l’eau et 3ème position parmi les maladies tropicales négligées. Elle est rencontrée dans les pays tropicaux y compris en République Démocratique du Congo (RDC). Kimpese fait partie des foyers endémiques de la schistosomiase dans la zone sud-ouest de la RDC à cause de son écologie favorable à la multiplication des hôtes intermédiaires. L’objectif de la présente est de déterminer la fréquence de cette affection.

Méthodes. Cette étude a analysée des séries mensuelles de cas de schistosomiase à S. mansoni à l’échelle des AS sur une période de cinq ans.

Résultats. Au total 4216 cas de schistosomiase à S. mansoni ont été rapportés par les structures sanitaires de 2011 – 2015. Le taux d’incidence moyen a été de 241,56% durant la même période. L’analyse de la dynamique spatiale a montré une hétérogénéité de cas aux tours des AS situé à l’est et au sud-ouest de la Zone de Santé. La détection des clusters a identifié quatre clusters des risques dans la ZSR de Kimpese. L’analyse a identifié la température et la présence d’au moins trois structures ayant le service de laboratoire avec un microscope comme facteurs expliquant les hétérogénéités spatiales.

Conclusion. La schistosomiase reste fréquente et héterogene à Kimpese. Une étude ultérieure à l’échelle village recherchant les aires potentielles et réelles de la schistosomiase à S. mansoni dans la ZSR de Kimpese, enfin de décider sur les facteurs d’hétérogénéités de la distribution spatiale de cas dans la ZSR de Kimpese.

Mots clés : Schistosomiase, Schistosoma mansoni, éco-épidémiologie, dynamique spatiale et temporelle, ZSR de Kimpese

Commenter

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*