Aperçu des pathologies neurochirurgicales intracrâniennes suivies en réanimation des Cliniques Universitaires de Kinshasa


Ilunga JP1, Mbombo W1,2, Manzombi J1, Batuli D3, Kilembe A1.
1 Cliniques Universitaires
2 Centre Hospitalier Monkole
3 Indépendant


Résumé

Introduction.

Les pathologies neurochirurgicales intracrâniennes peuvent nécessiter une prise en charge en réanimation en raison du risque élevé de développer une hypertension intracrânienne et d‟autres détresses vitales pouvant se présenter comme complications de la maladie ou faire suite à l‟intervention chirurgicale. L‟objectif de ce travail est d‟établir un état de lieu sur ces pathologies opérées ou non, suivies dans le service de réanimation des cliniques universitaires de Kinshasa. Méthodes. Une étude descriptive, documentaire menée du 1er janvier 2009 au 31 décembre 2013, incluant les patients admis pour pathologies neurochirurgicales intracrâniennes dans le service de réanimation des cliniques universitaires de Kinshasa.
Résultats. Au total, 101 admissions ont été enregistrées au service de réanimation, dont 59 patients soit 58,6% étaient victimes de traumatisme cranio-encéphalique (TCE) ; 29,7% des tumeurs ; 6,9% des pathologies infectieuses. L‟âge moyen était de 35 ans. Le sexe masculin était prédominant dans 74,3%. Le score de Glasgow à l‟arrivée était en moyenne 9,48/15. Les céphalées étaient le signe HTIC le plus rencontré (41,6%). Le fléchissement de l‟état de conscience était le signe clinique le plus rencontré à l‟arrivée dans 53,5%. L scanner cérébral était l‟examen paraclinique le plus réalisé 86,1%. 50,5% de patients ont bénéficiés d‟une intervention chirurgicale. 100% de patients ont bénéficié d‟un apport hydroélectrolytique et 98% d‟une antibiothérapie. La durée du séjour moyenne du séjour en réanimation était de 7 jours et le taux de décès 54, 5%.
Conclusion. Les pathologies neurochirurgicales intracraniennes concernent majoritairement la population jeune et sont représentées en grande partie par le TCE. Des études plus approfondies peuvent contribuer à l‟élaboration des stratégies pouvant aider à améliorer leur prise en charge aux cliniques universitaires de Kinshasa.
Mots clés : Pathologies neuro-chirurgicales, réanimations, cliniques Universitaires de Kinshasa
Références (1) Beltchika, Eléments de neurochirurgie, service de neurochirurgie des CUK, Kinshasa, 2008. (2) Do L., Valverbe, Traumatisme cranio-encéphalique CHU Pointe à pitre, France, 2001