skip to Main Content

The African Journal Partnership Program’s (AJPP) guidance on use of Artificial Intelligence in scholarly publishing / Les directives du programme de partenariat des revues africaines (AJPP) sur l’utilisation de l’intelligence artificielle dans la rédaction scientifique

Auteurs

Yael Wright Caradee1, Margaret Lartey2, Khomsi Kenza3, Frederico Peres4, Daniel Yilma5, James Kigera6, Annette Flanagin7, Ahia Gbakima8, David Ofori-Adjei9, Ernest Kiswaya Sumaili10, Siaka Sidibé11, Adégné Togo12, Adamson Muula13, Stephan Jansen14, Kato Njunwa15

Correspondence

Yael Wright Caradee

Courriel: Caradee.Wright@mrc.ac.za

Chief Specialist Scientist, South African Medical Research Council and Deputy Editor, Journal of Health and Pollution


Auteurs informations
  1. Chief Specialist Scientist, South African Medical Research Council and Deputy Editor, Journal of Health and Pollution
  2. Department of Medicine & Therapeutics, University of Ghana Medical School and Deputy Editor-in-Chief, Ghana Medical Journal
  3. Senior Researcher, General Directorate of Meteorology, Morocco and Deputy Editor, Journal of Health and Pollution.
  4. Senior Researcher, Sergio Arouca National School of Public Health (ENSP/FIOCRUZ, Brazil) and Deputy Editor, Journal of Health and Pollution.
  5. Department of Internal Medicine, Jimma University and Editor-in-Chief of Ethiopian Journal of Health Science
  6. Faculty of Health Sciences, University of Nairobi and Editor in Chief, Annals of African Surgery
  7. Executive Managing Editor and Vice President, Editorial Operations, JAMA and the JAMA Network; Co-Director, African Journal Partnership Program
  8. Editor in Chief, Sierra Leone Journal of Biomedical Research
  1. Editor in Chief, Ghana Medical; Co-Director, African Journal Partnership Program
  1. Deputy editor in chief, Annales Africaines de Médecine, University of Kinshasa, PO BOX 834 Kinshasa, Democratic Republic of the Congo
  2. Editor in Chief, Mali Medical
  3. Faculty of Medicine and Dental Surgery Bamako – USTTB, Editor manager Mali Medical
  4. Editor in Chief, Malawi Medical Journal, Blantyre, Malawi & Department of Community and Environmental Health, Kamuzu University of Health Sciences, Malawi
  5. Editor in Chief, Rwanda Journal of Medicine and Health Sciences, College of Medicine and health Sciences, University of Rwanda, Rwanda
  6. Deputy Editor in Chief, Rwanda Journal of Medicine and Health Sciences, College of Medicine and health Sciences, University of Rwanda, Rwanda

Introduction

 L’introduction et l’évolution rapides de l’intelligence artificielle (IA), de l’apprentissage machine (AM), du traitement du langage naturel (TLN) et des grands modèles de langage (GML), combinées à l’émergence de chatbots générateurs de texte, ont marqué le début d’une ère de transformation dans le domaine de l’écriture scientifique. Voir l’encadré pour les termes courants et les définitions.

Clause de non-responsabilité : le texte de cet encadré est partiellement généré par l’IA.

Ces avancées technologiques ont le potentiel de rationaliser le processus de recherche et de publication, depuis la génération automatisée de contenu et l’édition linguistique jusqu’à l’amélioration des recommandations de contenu et l’exploration de données (tableau 1). Si ces innovations offrent de nombreux avantages, elles posent également à l’édition savante une série de problèmes critiques qu’il convient de résoudre (1). L’utilisation de GML et de chatbots générateurs de texte peut involontairement introduire des préjugés, des inexactitudes et des problèmes éthiques dans le contenu scientifique, ce qui nécessite une surveillance vigilante pour garantir l’intégrité et la qualité de la recherche publiée et d’autres contenus. En outre, le rythme rapide des avancées technologiques exige que la communauté de l’édition savante établisse des orientations et des bonnes pratiques pour l’utilisation responsable de l’IA dans la recherche et la publication.

Lors de l’élaboration de ces orientations, il convient de tenir compte de principes importants tels que la transparence, la responsabilité et l’obligation de rendre des comptes, afin de garantir que l’utilisation de l’IA respecte les normes académiques. Les questions relatives à la confidentialité des données, à l’attribution et à la responsabilité des auteurs, aux droits de propriété intellectuelle et à la détection du plagiat doivent toutes faire l’objet d’une attention particulière afin de préserver l’intégrité et la fiabilité de la recherche et de la publication.

L’utilisation de l’IA et des GML dans l’édition savante est importante pour promouvoir l’équité, relever des défis et saisir des opportunités spécifiques, et permettre aux chercheurs et aux éditeurs de tirer parti de ces technologies tout en garantissant une diffusion responsable, inclusive et éthique des connaissances. L’accès aux technologies d’IA avancées et aux GML n’est pas uniforme dans le monde.

Les chercheurs et les cliniciens des pays à faibles et moyens revenus sont confrontés à une carence numérique. Il est essentiel de garantir l’accès à ces technologies dans le domaine de l’édition scientifique afin d’éviter de nouvelles disparités dans la création et la diffusion des connaissances. Bien qu’elles ne soient pas propres à l’Afrique, plusieurs questions difficiles doivent être abordées par le biais d’orientations sur l’utilisation de l’IA et des GML dans l’édition savante des revues africaines. Des mesures adéquates de protection des données et les meilleures pratiques sont essentielles pour garantir la sécurité des données. Des conseils sur la manière de protéger les données sensibles sont essentiels, en particulier en Afrique où les réglementations en matière de confidentialité des données varient. Les questions liées à la propriété intellectuelle, au plagiat et à la propriété du contenu généré par l’IA doivent également être prises en compte pour protéger les intérêts des chercheurs et des institutions.

1_Editorial_Les-directives-du-programme-de-partenariat-des-revues-africaines.pdf (27 téléchargements )

CC BY 4.0 Cette œuvre est sous Licence Creative Commons Internationale Attribution 4.0.

Back To Top