skip to Main Content
annalesmedecine@yahoo.fr

Survie et prédicteurs de la mortalité des patients admis au Service de Réanimation polyvalente des Cliniques Universitaires de Kinshasa / Survival and predictors of mortality in Patients Admitted to the Multipurpose Intensive Care Unit of the University Hospital of Kinshasa

Auteurs

Christian Nantulu1, Jean-Robert Makulo², +François Bompeka Lepira², Righo Shamamba1, Yannick Mayamba Nlandu², Eric Bibonge Amisi1, Adolphe Manzanza Kilembe1

Correspondance

Jean-Robert Makulo

Courriel : jrmakulo2016@gmail.com

Appartenances

1 Département d’Anesthésiologie et Réanimation, Cliniques Universitaires de Kinshasa, RDC

2 Département de Médecine interne, Cliniques Universitaires de Kinshasa, RDC

SummaryRésumé

Context and objective. Reducing mortality is a major concern in the Intensive Care Unit (ICU). This study aimed to determine reasons for admissions, to assess survival of hospitalized patients, and to identify the predictors of death in the general ICU. Methods.  From January 2016 to December 2017, all patients admitted in general ICU of Kinshasa University Hospital were included in a prospective observational study. They were classified according to medical versus traumatic or non-traumatic surgical etiologies. The survival at 28 days and the predictors of death were determined using the Kaplan-Meier curve and the cox regression analysis, respectively. The significance level was set at p <0.05. Results. Three hundred-twenty patients (mean age: 44.6 ± 20.5 years; 53.4% ​​men) with medical (64%), surgical (27%), or severe trauma (9 %) causes were recruited in our study. Among them, 92%, 38%, and 18 % survived at the 1st day, 7th day and 28th day of hospitalization, respectively. Main predictors of death were: the nature of pathology (medical or traumatic vs surgical) [aHR 11.01 (8.20-13.05); p <0.01], the time of admission (night vs. day) [aHR 2.88 (1.65-4.90); p <0.01], the presence of co-morbidities [aHR 2.95 (1.60-5.25); p = 0.01], the need of  mechanical ventilation [aHR 4.80 (3.20-7.30); p <0.01], the  respiratory distress [aHR 2.20 (1.70-3.00); p <0.01], and the  age ≥ 60 years [non aHR 3.49 (1.04-4.14); p =0.02]. Conclusion. Mortality in general ICU remains very high in Congolese environment, especially for medical and traumatic causes. Respiratory complications and the management of mechanical ventilation represent a major challenge.

Keywords: Intensive Care Unit, Survival, Predictors of death, DR Congo

Received: September 16th, 2020

Accepted: December 22th, 2020

Contexte et objectif. La réduction de la mortalité est une préoccupation majeure en réanimation. Notre objectif était de déterminer les causes d’admission, la survie des patients hospitalisés et identifier les prédicteurs de décès en réanimation polyvalente. Méthodes. C’était une étude de suivi observationnel menée aux Cliniques Universitaires de Kinshasa, sur une période de 2 ans (janvier 2016 à décembre 2017). Tous les patients admis en réanimation ont été suivis jusqu’au 28ème jour. Les motifs d’admission étaient regroupés en pathologies médicales, traumatisme grave et en pathologies chirurgicales non traumatiques. La survie au J28 a été évaluée grâce à la courbe de Kaplan-Meier. Les prédicteurs de la mortalité ont été recherchés en utilisant la méthode de régression de Cox. Le seuil de signification était fixé à p<0,05. Résultats. Le collectif de l’étude comprenait 320 patients (âge moyen : 44,6 ± 20,5 ans ; 53,4% hommes). Les pathologies médicales (64%) étaient les plus fréquentes, suivies de pathologies chirurgicales (27%) vs 9% pour un traumatisme grave. La survie au J1 était de 92% vs 38% au J7 et 18% au J28 d’hospitalisation. Le décès était prédit par le type de pathologie (médicale ou traumatique vs chirurgicale) [HRa 11,01 (8,20-13,05) ; p<0,01], une admission la nuit vs la journée) [HRa 2,88 (1,65-4,90) ; p<0,01], une co-morbidité [HRa 2,95 (1,60-5,25) ; p=0,01], la ventilation mécanique [HRa 4,80 (3,20-7,30) ; p<0,01], la détresse respiratoire [HRa 2,20 (1,70-3,00) ; p<0,01] et l’âge ≥ 60 ans [HR 3,49 (1,04-4,14) ; p=0.02].

Conclusion. La mortalité en réanimation polyvalente reste très élevée en milieu congolais, surtout pour les pathologies médicales et traumatiques. Les complications respiratoires et la gestion de la ventilation mécanique représentent un défi majeur.

Mots-clés : Réanimation, Survie, Prédicteurs de décès, RD Congo

Reçu le 16 septembre 2020

Accepté le 22 décembre 2020

3-Survie-et-predicteurs-de-la-mortalite-des-patients-admis-au-Service-de-Reanimation-polyvalente-compresse.pdf (39 téléchargements)

CC BY-NC 4.0 Cette œuvre est sous Licence Creative Commons Internationale Attribution-Pas d'Utilisation Commerciale 4.0.

Back To Top