skip to Main Content

Séroprévalence de la toxoplasmose chez les femmes en consultation prénatale à l’Hôpital du District de Bossembelé en République Centrafricaine en 2020 / Seroprevalence of toxoplasmosis in women in antenatal clinic at the Bossembelé District Hospital in the Central African Republic in 2020

Auteurs

Christian Maucler Pamatika1, Noella Sembene1, Marcel Mbeko-Simaleko1, Gervais Nembi1, Christian Diamant Mossoro-Kpindé1, Augustin Balekouzou1, Barthélemy Mavodé1, Yvon Andjingbopou1

Appartenances

1 Ministère de la Santé, Direction de la Surveillance épidémiologique, Bangui, Centrafrique 93325

Correspondance

Pamatika Maucler Christian

Courriel : cm.pamatika@gmail.com

SummaryRésumé

Context and objective. Toxoplamosis is a ubiquitous anthropozoonosis that occupies a large place in human and veterinary medicine. The objective of the present study was to determine the seroprevalence of toxoplasmosis in pregnant women. Methods. This was a cross sectional study involving pregnant women presenting at the laboratory of the Bossembele District Hospital, Central African Republic between June and September 2020 for toxoplasmic serology. Results. A total of 50 pregnant women were examined. The age of patients varied from 16 to 40 years. The average age was 25 ± 6 years. Primigravida (n=20; or 40%) and primiparous women (n=30; or 60%) were more preponderant. Serology was positive in 15 patients (30 %). According to sociodemographic characteristics, the seroprevalence of toxoplasmosis was higher among women aged 20 to 35 (35.2 %), women who had been pregnant three times (88.8 %) and women who lived in the Onoguia neighborhood (66.6 %). IgM was higher in patients aged 20 to 35 years (n=12), in 3rd gravida women (n=8), in multiparous (n=9) and in those living in Bodoukpa (n=6). IgG was high in pregnant women aged 20 to 35 years (n=13), in 3rd gravida women (n=7), in primiparous women (n=14) and in those living in the Bodoukpa neighbourhood (n=6). Of the patients in the study, 16 turned out to be immune to toxoplasmosis. Among 50 women, 4 experienced spontaneous abortions during previous pregnancies. Conclusion. The seroprevalence of toxoplasmosis in the present study is common. Awareness on the risks of contamination, the systematic serological monitoring and the hygiene measures should be raised during antenatal consultations.

Key words: seroprevalence, toxoplasmosis, pregnant woman, hospital of district, Bossembelé

Received: July 7th, 2021

Accepted: January 30th, 2022

Contexte et objectif. La toxoplasmose est une anthropozoonose ubiquitaire qui occupe une large place en médecine humaine et vétérinaire. Mais les données y relatives chez la femme enceinte sont paradoxalement fragmentaires. L’objectif de cette étude était de déterminer la séroprévalence de la toxoplasmose chez les femmes enceintes. Méthodes. Il s’agissait d’une étude transversale réalisée, à la maternité de l’Hôpital du District de Bossembelé, entre juin et septembre 2020. La population d’étude était constituée de femmes enceintes se présentant au laboratoire du District pour la sérologie toxoplasmique. Résultats. Au total, les données sérologiques de 50 femmes enceintes ont été analysées. L’âge moyen était de 25 ± 6 ans (extrême 16 et 40 ans). Les femmes au premier geste (n=20 soit 40 %) et les primipares (n= 30 soit 60 %) étaient prépondérantes. La sérologie était positive chez 15 patientes (30 %). Selon les caractéristiques sociodémographiques, la séroprévalence de la toxoplasmose était plus élevée chez les femmes de 20 à 35 ans (35,2 %), les femmes ayant été enceintes trois fois (88,8 %) et les femmes qui habitent le quartier Onoguia (66,66%). Les IgM étaient plus élevées chez les patients de la tranche d’âge de 20 à 35 ans (n=12), les femmes au 3e geste (n=8), les multipares (n=9) et chez celles habitant Bodoukpa (n=6). Les IgG étaient élevées chez les femmes enceintes de 20 à 35 ans (n=13), les femmes au 3e geste (n=7), les primipares (n=14) et celles habitant le quartier Bodoukpa (n=6). Parmi les patientes étudiées, 16 (32 %) étaient immunisées contre la toxoplasmose. Des 50 femmes, 4 avaient connu un avortement spontané durant les grossesses précédentes. Conclusion. Dans la présente étude, la séroprévalence de la toxoplasmose chez la femme enceinte est très fréquente. Une sensibilisation sur les risques de contamination, une surveillance sérologique systématique et des mesures d’hygiène devraient être proposées lors des consultations prénatales.

Mots-clés : séroprévalence, toxoplasmose, femme enceinte, hôpital du District, Bossembelé

Reçu le 7 juillet 2021

Accepté le 30 janvier 2022

https://dx.doi.org/10.4314/aamed.v15i2.8

08-Seroprevalence-de-la-toxoplasmose-chez-les-femmes-en-consultation-prenatale-a-lHopital-du.pdf (5 téléchargements)

CC BY-NC 4.0 Cette œuvre est sous Licence Creative Commons Internationale Attribution-Pas d'Utilisation Commerciale 4.0.

Back To Top