skip to Main Content
annalesmedecine@yahoo.fr

Pandémie à Coronavirus (COVID-19) et pratique de la chirurgie dans les pays à ressources limitées / Coronavirus pandemic (COVID-19) and surgery in low-income countries

Auteurs

Alphonse Ndongo Nzomvuama1,2

Appartenances

1 Service de chirurgie thoracique et cardio-vasculaire, Département de Chirurgie, Cliniques Universitaires, Faculté de Médecine, Université de Kinshasa.

2 Service de chirurgie cardiaque, Hôpital Sud, CHU Amiens-Picardie, place Professeur Christian Cabrol, 80053 Salouël (France)

Correspondance

Alphonse Ndongo Nzovuama, MD

Courriel : al.nzomvuama@gmail.com


SummaryRésumé

Unprecedented in human history, the SARS2 or the coronavirus disease 2019 (COVID-19) pandemic has shaken the foundations of economic and social life in all countries since December 2019. The care offered by health institutions have been modified, leading to a change in practices. The outbreak of this pandemic in low-income countries, such as in sub-Saharan African countries, raises fears of near-apocalyptic scenarii. It is imperative that we reflect and find the right solutions. In this context, practice of surgery must change, adapt or abandon uses and practices that are established, to minimize the risk of contagion of caregivers and patients. To reduce the risk of the contagion, four requirements are imperative: consider that all patients are COVID-19-19 positive until proven otherwise, suspend scheduled surgical activities, prioritize emergencies and respect and enforce “barrier” and social distancing measures. Surgery must now look to the future with the novelty of COVID-19. Solutions need to be structured, including keeping a lot of the security practices we propose. Much more than before, practice of surgery will have to combine safety and caution of caregivers and patients.

Keywords: COVID-19, surgery, low-income countries, pandemic

Received: May 20th, 2020

Accepted: May 21th, 2020

Sans précédent dans l’histoire de l’humanité, la pandémie à coronavirus SARS2 ou COVID-19 a ébranlé les fondements de la vie économique et sociale de tous les pays depuis décembre 2019. Une modification profonde du fonctionnement et des offres de soins des hôpitaux s’est imposée, entraînant la révision des pratiques. L’irruption de cette pandémie dans les pays à faibles ressources, comme ceux de l’Afrique subsaharienne, fait craindre des scenarii quasi-apocalyptiques. Il nous faut impérativement réfléchir et trouver les solutions idoines. Dans ce contexte, la pratique de la chirurgie doit changer, adapter ou abandonner des usages et des pratiques même éprouvés pour minimiser le risque de contagion des soignants et des patients. Pour minimiser le risque de contagion, quatre exigences sont nécessaires : considérer que tout patient est COVID-19 positif jusqu’à preuve du contraire, suspendre les activités chirurgicales programmées, prioriser les urgences et respecter et faire respecter les mesures « barrières » et de distanciation sociale. La chirurgie doit désormais envisager l’avenir avec la nouveauté que représente la COVID-19. Des solutions doivent être structurées, notamment celle de conserver une bonne partie des pratiques de sécurité que nous proposons. Bien plus qu’avant, la pratique de la chirurgie devra allier sécurité et prudence des soignants et des soignés.

Mots-clés : Chirurgie, COVID-19, pandémie, pays à ressources limitées

Reçu le 20 mai 2020

Accepté le 21 mai 2020

09-Pandémie-à-Coronavirus-COVID-19-et-pratique-de-la-chirurgie-dans-les-pays.pdf (44 téléchargements)

CC BY-NC 4.0 Cette œuvre est sous Licence Creative Commons Internationale Attribution-Pas d'Utilisation Commerciale 4.0.

Back To Top