skip to Main Content
annalesmedecine@yahoo.fr

Ingestions de caustiques chez l’enfant à Brazzaville, Congo Ingestions of caustics in Children in Brazzaville, Congo

Atipo Ibara Blaise Irénée (1,2), Atipo-Ibara Ollandzobo-Ikobo Lucie Charlotte(1,3), Mimiesse-Monamou Jile Florient(1,2), Ahoui-Apendi Clausina (1,2), Mongo-Onkouo Arnaud(1,2), Mabiala-Babela Jean Robert (1,3), Deby-Gassaye (1,2), Ibara Jean-Rosaire (1,2).
Correspondance : Atipo Ibara Blaise Irénée
Courriel : b.atipo-ibara@laposte.net ; batipoibara@yahoo.fr
1. Faculté des Sciences de la Santé de l‟Université Marien Ngouabi Brazzaville (CONGO). 2. Service de Gastroentérologie et de Médecine Interne, CHU de Brazzaville (CONGO). 3. Service de Pédiatrie nourrissons, CHU de Brazzaville (CONGO).

SummaryRésumé

Context and objective. Ingestion of caustics by children is serious because of the increase in their frequency and the difficulties due to their management. To improve the management of caustic lesions in Pediatric department at the University Hospital of Brazzaville (UHB).
Methods: We conducted a sectional study conducted from January 2014 to December 2015 in the Pediatric departments of the UHB and centers of digestive endoscopy in Brazzaville. All children who ingested a caustic product and hospitalized were included after obtaining parental’s consent. The parameters of interest were the following: age, sex, nature and quantity of the caustic, the family’s attitude, clinical signs, endoscopic results according to Zagar’s classification, therapeutic modalities and evolution.
Results: 8292 children were hospitalized and 68 patients from the ingestion of caustic, a frequency of 0.8%. The average age was 23.6 months [2 months – 16 years]. The male sex was predominant (57.4%). Ingestion was accidental in 88.2% and voluntary in 11.8%. Factors favoring ingestion were storage methods (81.5%) and parental’s inattention or negligence (10.8%). Bleach was the most incriminated caustic (54.4%) followed by caustic soda (29.4%). The estimated quantity ingested was assumed to be minimal in 61.7%. Unsuitable acts were practiced by the family before the medical consultation in 66.1%. The dominant symptoms were digestive (47%) and neurological (25%). The average time to perform endoscopy was 48 hours in 88.2%. Endoscopy revealed lesions in 51.7%, the differents stages were I (12 cases), II (16 cases) and III (3 cases). The mains factors of gravity were inappropriate gestures (85%) and the non respect of the fasting (9%). Proton pump inhibitors were used in 50%. The evolution was favorable in 73.5% of cases. Conclusion: Ingestion of caustics by children is most often accidental favored by the inadequate packaging and storage. Prevention encompasses education of people to avoid the occurrence of these accidents.
Keywords: Caustic lesions-Child-Brazzaville

Contexte et objectif. Les ingestions de caustiques chez l‟enfant sont préoccupantes en raison de l‟augmentation de leur fréquence et des difficultés inhérentes à leur prise en charge. L‟objectif du présent travail était de décrire le profil clinique, épidémiologique et évolutif des enfants avec lésions caustiques.
Méthodes. Il s‟est agi d‟une étude transversale, réalisée entre les 1er janvier 2014 et 31 décembre 2015, dans les services de Pédiatrie du CHU et les centres d‟endoscopie digestive de Brazzaville. Tous les enfants ayant ingéré un produit caustique et hospitalisé pendant la période d‟étude ont été inclus après l‟obtention du consentement du parent et/ou tuteur légal. Les paramètres étudiés ont été : l‟âge, le sexe, la nature et la quantité du produit ingéré, l‟attitude de l‟entourage de l‟intoxiqué, les signes cliniques, les résultats endoscopiques selon la classification de Zargar, les modalités thérapeutiques et évolutives.
Résultats. Sur 8292 enfants hospitalisés pendant la période étudiée, 68 avaient ingéré un caustique, soit une fréquence hospitalière de 0,8 %. Leur âge moyen était de 23,6 mois (extrêmes de 2 mois et 16 ans). Le sexe masculin était prédominant (57,4%). L‟ingestion était accidentelle dans 88,2% des cas et volontaire dans 11,8% des cas. Les facteurs favorisants l‟ingestion étaient fréquemment le mode de stockage du caustique (81,5%) et l‟inattention ou négligence du tuteur (10,8%). L‟eau de Javel était le caustique le plus incriminé : 37 cas (54,4%), suivi de la soude caustique 20 cas (29,4%). La quantité estimative ingérée était supposée minime dans 61,7% des cas. Des gestes inadaptés ont été pratiqués, par l‟entourage avant la consultation médicale chez 45 enfants (66,1%). Les symptômes dominants étaient digestifs (47%) ou neurologiques (25%). Le délai moyen de réalisation de l‟endoscopie était de 48 heures chez 60 enfants (88,2%). L‟endoscopie avait mise en évidence des lésions dans 51,7% des cas au stade I (12 cas), stade II (16 cas) et stade III (3 cas). Les facteurs de gravité des lésions caustiques étaient les gestes inadéquats dans 85% des cas et le non-respect du jeûne dans 9%. Les Inhibiteurs de la pompe à protons (IPP) étaient administrés dans 50% des cas. L‟évolution était favorable dans 73,5% des cas.
Conclusion. Les lésions caustiques rendent compte de près d‟un percent d‟admissions infantiles hospitalières. Elles sont le plus souvent accidentelles, favorisées par le mode de conditionnement des produits caustiques dans des flacons d‟eau minérale et stockés dans des endroits non appropriés. La prévention consiste à l‟éducation des populations pour éviter la survenue de ces accidents.
Mots clés : Lésions caustiques, Enfant, Brazzaville

CC BY-NC 4.0 Cette œuvre est sous Licence Creative Commons Internationale Attribution-Pas d'Utilisation Commerciale 4.0.

Back To Top